Architecture de la cité

Lorsqu'on se balade dans les lices (espace entre 2 murailles de fortification), on se rend compte aisément que la cité a subit des retouches consécutives dans sa construction. Cela s'explique simplement par le fait qu'au moyen-âge le besoin de conquérir de nouvelles places est la priorité de tous les peuples : Carcassonne, comme bien d'autres villes, est la porte ouverte aux invasions. Sa situation géographique en fait une place stratégique.

Epoque gallo-romaine

Fin XIème au XIIIème siècle

Epoque wisigothe

XIIIème et XIVème siècle

Du VIème au XIème siècle

Histoire | Photos | Visite guidée | Architecture | Basilique | Quelques chiffres | Attaquez la cité


Epoque Gallo-romaine:

L'influence gallo-romaine est nettement visible. Les premières murailles en pierre de Carcassonne voient le jour à cette époque; elles sont facilement reconnaissable et respectent des règles communes à toutes les fortifications romaines.

Tour Gallo-romaine

             

 

D'après Viollet Le Duc

 

1ère caractéristique: l'emploi des tours rondes ou carrées dans les enceintes fixes des romains était général, car, comme le dit Végèce, "les anciens trouvèrent que l'enceinte d'une place ne devait point être sur une même ligne continue, à cause des béliers qui battraient trop aisément en brèche; mais par le moyen des tours placées dans le rempart assez près les unes des autres, leurs murailles présentaient des parties saillantes et rentrantes. ".

 

2ème caractéristique: les murs sont composés de deux parements de petit appareil cubique, avec assises alternées de briques rouges.

 

mur gallo-romain

haut de page


Epoque wisigothe (Vème siècle):

Les wisigoths n'étaient pas des constructeurs. Ils auraient reconstruit les tours et les murailles, détruit après les batailles, en copiant l'art gallo-romain. C'est pour cette raison que l'on confond encore les constructions gallo-romaines et wisigothes en attribuant à tort ou à raison le nom de tours wisigothes à celles vues plus haut.

  haut de page


Du VIème au XIème siècle:

Les Francs amenent la tradition germanique dans laquelle le bois est très utilisé. On peut imaginer une palissade de bois pour première défense de l'enceinte, mais aucune trace ne permet de confirmer cela.

Le système défensif de la fortification romaine se modifie peu. Les sièges des places fortes duraient plusieurs jours, les assaillants abandonnaient souvent en pillant la campagne avoisinante. La défense l'emportait sur l'attaque. Les moyens d'attaque commencent peu à peu à se perfectionner et les engins de guerre font leur apparition. Jusqu'au XIIème siècle les villes sont défendues uniquement par des enceintes flanquées de tours.

  haut de page


Fin XIème et XIIIème siècle:

D'importants travaux sont entrepris sur plusieurs points, dont le château. En parcourant l'enceinte intérieure de la cité, ainsi que le château, on peut facilement reconnaître les parties des bâtisses qui datent de cette époque ; leurs parements sont élevés en grès jaunâtre et par assise de 0.15m à 0.25m de hauteur, sur 0.20m à 0.30m de largeur, et grossièrement appareillés.

Château contal 

Au XIIème siècle, les tours "wisigothes" furent consolidées et surélevées ; en effet, elles ont été très endommagé par la sape et la mine durant les différentes batailles, notamment lorsque les Maures délogèrent les Wisigoths. Ce qui explique cette consolidation, tardive certes, mais précipité par la croisade contre les Albigeois qui commença en 1209.

 

 

Simon de Montfort s'empare de la cité, elle est désormais possession du domaine royal (Louis VIII).

haut de page


XIIIème-XIVème siècle:

 

Saint-Louis, attachant une grande importance à la place de Carcassonne qui couvrait cette partie du domaine royal devant l'Aragon, et prétendant ne plus avoir à redouter les conséquences d'un siège qui l'aurait mis entre les mains d'un ennemi sans cesse en éveil, veut en faire une forteresse inexpugnable.

Construction d'une deuxième enceinte et de la barbacane (dont il ne reste rien aujourd'hui, sauf sa rampe d'accès). C'est sous Philippe Le Hardi qui sera entreprit la réparation de l'enceinte intérieure, notamment la porte Narbonnaise, la porte Saint-Nazaire et la tour du Trésau.

On peut reconnaître les éléments de cette période par l'emploie des pierres à bossage.

haut de page